Vote au Comité Technique Paritaire du 15 juillet 2013

Le CTP des services de l’agglomération de Montpellier s’est prononcé sur le choix des modes de gestion et l’autorisation de lancer la procédure de délégation de service public concernant l’alimentation en eau potable et en eau brute, la collecte des eaux usées pour les communes raccordées à la station d‘épuration Maera, le traitement des eaux usées par Maera, la collecte, le transport et le traitement des effluents sur les communes des secteurs est et Ouest. Les élus ont voté pour, FO s’est abstenu, SUD et UNSA ont voté contre.

Déclaration préalable de SUD
à propos des affaires n°6,7,8 et 9.
CTP Agglo juillet 2013

Nous avons à nous prononcer sur le choix des modes de gestion et l’autorisation de lancer la procédure de délégation de service public concernant l’alimentation en eau potable et en eau brute, la collecte des eaux usées pour les communes raccordées à la station Maera, le traitement des eaux usées par la station d’épuration Maera, la collecte, le transport et le traitement des effluents sur les communes des secteurs est et Ouest.

Les documents qui nous ont été transmis dans le cadre de ce CTP ne nous permettent pas d’avoir une connaissance objective quant au choix du mode de gestion alors même que le Président de l’agglomération a déjà annoncé en conférence de presse le 3 juillet qu’il faisait le choix de la poursuite de la DSP pour les 7 ans à venir.

Ce qui nous est présenté est avant tout un choix technique, alors qu’il devrait d’abord être un choix politique : l’eau est un bien commun et ne devrait plus être gérée comme une marchandise. Nous ne pouvons accepter que pendant 7 ans encore l’eau fasse l’objet de profit pour des entreprises dont seuls les actionnaires touchent les bénéfices.

La raison technique invoquée pour rallonger la DSP, afin de mettre en œuvre les services de notre administration, nous semble pour le moins légère. 7 années nous paraissent bien longues au regard des baisses tarifaires qui sont effectives dans d’autres villes repassées en régie. Les sommes ainsi dégagées pourraient servir l’intérêt général tout en valorisant un service public de qualité.

Enfin, nous aurions souhaité pouvoir donner notre avis avant que les décisions ne soient annoncées dans la presse, et non pas simplement participer à un pseudo débat.

Pour toutes ces raisons, nous voterons contre le mode de gestion proposé afin de ne pas cautionner le lancement de la procédure de délégation de service public, contraire aux principes défendus par notre organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *